Accueil Années 1950 Le signe des renégats [The mark of the renegade] (USA, 1951) de Hugo Fregonese

Le signe des renégats [The mark of the renegade] (USA, 1951) de Hugo Fregonese

0
0
194

vlcsnap-2021-01-11-19h05m23s204

1826 : nouvel Eldorado, la Californie est convoitée par différents partis, dont la jeune république mexicaine. Marcos Zappa y débarque avec l’intention de se refaire un nom et une fortune, après avoir été victime d’un complot à Mexico. Mais le roué conspirateur Don Pedro Garcia reconnaît le renégat à sa marque d’infamie sur le front (camouflée sous un bandeau) et le fait chanter : Zappa devra courtiser la fille d’un notable loyaliste, dans le but de compromettre ses visées politiques.

Les sinuosités de l’intrigue ne gâchent jamais la vivacité plaisante de ce film de cape et d’épée à la Zorro (le scénario ménage d’ailleurs un twist des plus subtils, au moment où on renonçait à en comprendre les enjeux). Charme et humour s’y entremêlent grâce à l’interprétation inspirée de Ricardo Montalban (parfait en aventurier hâbleur et chevaleresque), à l’apport de seconds rôles étoffés (le capitaine des pirates ou le valet imposé par Garcia pour surveiller Zappa), et bien sûr à la parade d’amour de Cyd Charisse (un flamenco ébouriffant). Ce numéro de danse est d’ailleurs le point d’orgue de l’action proprement dite, même si le film comporte des scènes d’escrime et de bagarre très réussies.

Divertissement rondement mené, Le signe des renégats montre comment le petit maître argentin Hugo Fregonese parvient à insuffler son esprit gauchesque dans la machinerie hollywoodienne. Comme d’autres cinéastes ayant enluminé la série B (Jacques Tourneur, Edgar George Ulmer, Joseph H. Lewis…), Fregonese se plie aux conditions les plus drastiques sans jamais sacrifier la sensibilité sur l’autel de la modestie.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par notulescine
Charger d'autres écrits dans Années 1950

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Quelques jours de la vie d’Oblomov [Neskolko dnei iz jizni Oblomova] (URSS, 1979) de Nikita Mikhalkov

La passivité d’Oblomov vire à la dépression mélancolique. Il ne sort plus jamais de …